Le mot Koridori nous parvient de la langue Amharique, langue officielle d’Ethiopie.

Il fait référence aux couloirs, aux passages ou aux chemins.

Vous êtes nombreux à vous poser la question du lien entre Koridori et le projet pilote de Vicq sur Breuilh. La présentation arrive sous peu. En attendant n’hésitez pas à nous contacter pour avoir plus d’informations

Notre mission

Le mouvement Koridori tente de recréer des liens entre l’Homme et la Nature.

« J’ai quelque chose d’important à vous dire »

Hervé Coves, ingénieur agronome mais surtout grand amoureux de la nature nous invite à se joindre au mouvement Koridori afin qu’avec le vivant, les humains et non-humains puissent œuvrer ensemble à produire de la biodiversité au travers la création de corridors écologiques.

 

Un mouvement au service de politiques locales, nationales et mondiales

Koridori accompagne les collectivités dans l’application de la politique de « trames vertes et bleues », une politique issue du Grenelle de l’environnement de 2008 et du protocole de Nagoya. La restauration des continuités écologiques est un facteur essentiel pour la sauvegarde de la faune et la flore face au réchauffement climatique.

 

Ce n’est pas qu’une question de technique, c’est l’appel du cœur

Devenir Koridorien et participer à la réalisation de corridors de biodiversité, c’est d’abord un état d’esprit, une volonté d’œuvrer ensemble (citoyens, collectivités, associations environnementales, chasseurs, etc.…) de penser toute action au niveau le plus petit possible.

Une méthodologie scientifique et empirique au service du vivant

La conception des corridors de biodiversité est réalisée par des professionnels du secteur agroforestier et permacole. Les essences de végétaux sont choisies en fonction des spécificités locales et également en fonction de leur adaptation au changement climatique. La volonté de Koridori est d’avoir une cohérence entre les diverses initiatives locales.

Et moi dans tout ça ?

C’est très simple à votre échelle vous pouvez déjà agir. Que ce soit sur votre balcon, dans votre jardin celui de belle maman ou votre commune chaque acte est un pas pour la biodiversité.
Nous vous proposons de découvrir trois  possibilités.

Balades informatives au cœur du Vivant​
Chantiers participatifs de plantation d’arbres​
Créer sa propre pépinière forestière​

Le Bestiaire de l'Asso

Hervé Coves Rêveur Initiateur Contacter
Sébastien Hus Essaimeur- Dévellopeur Contacter
Romain Essaimeur Contacter
Catherine Krivitzky Essaimeur Contacter
Paul Abou Khalil Essaimeur Contacter
Damien Verlinde Essaimeur Contacter

Qui sommes nous ?

Nous avons répondu à l’appel d’Hervé Coves, grâce son émerveillement de la nature, de la vie et de ses compétences reconnues dans le milieu de l’agronomie a su convaincre nos cœurs et nos esprits pour œuvrer avec lui.

Koridori en quelques chiffres

Koridorien

0

Arbre déjà planté

0

Projets que nous aidons

0

Partenaires

0

0
C'est la somme en € reçue de nos généreux donnateurs pour vous aider à réaliser vos projets.

Vos témoignages

Nos partenaires

J'ai une question !

Retrouvez ici les questions les plus fréquemment posées par nos visiteurs

Koridori est un mouvement qui œuvre pour la restauration de corridors écologiques. Ces corridors vont principalement se localiser sur des parcelles agricoles Si vous connaissez un agriculteur qu’on organiser un chantier de plantation chez lui, vous pouvez nous contacter.

Vous intégrerez, un ou plusieurs groupes de travail Koridori. Nos missions consistent à participer à la préparation de chantier de plantation d’arbres ou encore de semer dans votre jardin ou sur votre balcon une pépinière d’arbres qui seront ensuite planter ultérieurement sur un corridor de biodiversité. Une de nos missions est aussi de fédérer les acteurs ouvrant déjà dans la restauration du vivant.

Importer une espèce seule dans un écosystème qui lui est étranger peut entrainer des déséquilibres car il n’y a peu de mécanismes de régulation faites par d’autre espèces. (exemple : les lapins en Australie). Dans ces corridors de biodiversité, nous plantons seulement des espèces locales ou provenant de régions voisines situées plus au sud. En effet, celles-ci s’adapterons mieux aux réchauffements climatiques. Notre rôle est de créer des zones sanctuarisées afin de la nature puisse d’elle-même faire évoluer ses écosystèmes.

Manifeste pour une agriculture de l'amour

A toi passager qui est arrivé jusque ici sans te lasser. Nous te proposons un bonus, une réflexion sur une autre forme d’agriculture.

Agri : ager le champ.
Culture : cultura honorer

Littéralement le culte du champ. Mais laissons Hervé t’en parler. Il le fait tellement mieux 🙂